Des solutions climatiques par l’éducation

Sekagya Abdulrazaq est un représentant de la jeunesse de la Croix-Rouge ougandaise.

Il nous parle ici de Y-Adapt, un programme soutenu, entre autres, par les sociétés internationales de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge et par Plan International, qui vise à développer des programmes d’enseignement ludiques et amusants, permettant à la fois de sensibiliser au changement climatique et d’inciter à l’action.

Sekagya Abdulrazaq

Y-Adapt est un programme innovant basé sur des jeux, qui inspire et engage les jeunes à s’impliquer, à développer et à mettre en œuvre leurs propres actions d’adaptation au changement climatique, ainsi que des plans de sensibilisation dans leurs communautés.

L’éducation au changement climatique est essentielle pour faire face à la crise climatique. Avec Y-Adapt, les jeunes comprennent l’intensité du changement climatique et ses effets négatifs, et ce qu’il faut faire pour que les parents et les enseignant·e·s soient mieux préparé·e·s à la crise climatique.

La question que je me pose, ainsi qu’à celles et ceux qui nous regardent, est la suivante : “si la roue n’est pas cassée, pourquoi la réparer ?”. L’éducation est l’un des moyens envisageable pour résoudre la crise climatique. Et quelle est son efficacité ? Selon une publication de l’UNICEF, et je cite : “l’éducation peut encourager les gens à changer d’attitude et de comportement, elle les aide aussi à prendre des décisions en connaissance de cause”. Et l’éducation donne du pouvoir aux gens, mais surtout, elle les motive à vouloir agir.

Et comment prévenir activement les perturbations de l’apprentissage dues au changement climatique ? Nous savons toutes et tous que le changement climatique est en cours et que si nous ne prenons pas de mesures d’atténuation et d’adaptation, le monde va devoir faire face à ses pires catastrophes – ce qui est déjà le cas dans certaines parties du monde. Les gouvernements et leurs partenaires de développement devraient mettre l’accent sur ces trois points majeurs :

Premièrement, nous devons adopter et mettre l’accent sur la technologie, car elle peut être utilisée comme un outil pour atteindre différentes personnes et véhiculer des informations sur le changement climatique et sur les manières d’agir.

Deuxièmement, nous devons financer et mettre en œuvre des solutions climatiques résilientes fondées sur des preuves. Un exemple est le programme Y-Adapt, qui incite les jeunes à prendre des mesures dans leurs communautés locales. Troisièmement, nous devons investir dans des systèmes d’alerte précoce et des actions d’anticipation.